Alors on marche !

L’américain a dit sur la lune « Un petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’humanité. »

Sur terre, l’africain répond que « Poussière aux pieds vaut mieux que poussière au derrière. »

L’autre sagesse asiatique ajoute que « C’est en faisant 1000 pas par jour qu’on atteint 100 ans. »

La médecine se réveille aujourd’hui pour « médicaliser » la marche avec des podomètres et des études.

La marche est la base, et star de toutes les activités physiques et sportives.

Réputée, à juste titre, bonne pour le cœur, la marche est l’activité physique la plus facile à mettre en pratique. Elle ne demande ni compétences particulières ni équipements spéciaux.

Elle requiert simplement de bonnes chaussures et une tenue vestimentaire confortable et adaptée. Et malgré sa simplicité, procure les mêmes bienfaits que des activités plus sportives, mais aussi souvent plus risquées.

Pour faire un pas, il faut se lever, quitter la position couchée ou assise. Il faut être debout.

Il suffit d’un premier pas, car un pas appelle un autre pas et toujours vers l’avant.

Le pas est un dialogue avec soi, avec les autres pas, avec les autres qui marchent et avec l’environnement qui reçoit le pas.

Tous les pas ne se ressemblent pas : le pas du bord de mer est différent du pas de ville et du pas de montagne. Le pas d’hiver est différent du pas d’été.

Mais un pas est un pas.

C’est le pas qui fait la marche, c’est le pas qui fait la course, c’est le pas qui fait le saut, c’est le pas qui fait la danse…

Les pas, en pratique 30 minutes de marche quotidienne à bonne allure, sans essoufflement, soit 10 000 pas par jour, sont la meilleure recommandation pour tout le monde, quel que soit l’âge.La lutte contre la sédentarité n’est pas synonyme de compétition sportive ni de records à battre.La « médicalisation » de la marche ne doit pas faire oublier son côté ludique et social auquel il faut ajouter un équilibre alimentaire basé sur le plaisir et la convivialité.Alors, levons nous et marchons.

Docteur Maxime SODJI

LA SITUATION S’AGGRAVE

LA SITUATION S’AGGRAVE

LES FAITS SONT TÊTUS ET CONTINUENT DE S’AGGRAVER SI NOUS NE BOUGEONS PAS CONTRE LA SEDENTARITE.

Voici les dernières publications de l’OMS qui concernent les adolescents.

Epidémie de sédentarité chez les ados : l’OMS donne l’alerte

A travers le monde, quatre jeunes sur cinq n’effectuent pas assez de sport, ce qui menace leur santé et leur bien-être, d’après l’Organisation mondiale de la santé.

De la chaise d’école au siège du bus, du canapé au lit, et rebelote le lendemain… Dans leur vie quotidienne, de nombreux adolescents ne fournissent que très peu d’efforts physiques. Trop peu, même, d’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui met en garde contre les effets délétères de cette inactivité, dans une nouvelle étude publiée le 22 novembre dans la revue médicale The Lancet Child & Adolescent Health.

A travers le monde, plus de 80% des jeunes ne satisfont pas à la recommandation officielle, qui est d’effectuer une heure d’exercice quotidienne.

Pour parvenir à cette estimation, les chercheurs ont compilé des données recueillies dans le cadre de l’école auprès de 1,6 million d’adolescents âgés de 11 à 17 ans, résidant dans 146 pays différents. «Ces jeunes ont répondu à des questionnaires sur leurs dépenses physiques au sens large, comprenant le sport mais aussi les déplacements actifs comme la marche, ou encore les tâches domestiques», explique Regina Guthold, de l’OMS, auteure de l’étude.

Répercussions néfastes

Basées sur des auto-évaluations, ces données comprennent une part d’imprécision. Par ailleurs, seuls les ados allant à l’école ont été pris en considération, alors que dans certains pays, ils sont nombreux à avoir arrêté leur scolarité. «Mais ces résultats sont probablement les meilleures estimations disponibles des tendances globales, régionales et temporelles pour les niveaux d’activité physique chez les adolescents», estime Mark S. Tremblay, de l’Institut de recherche de l’hôpital des enfants de l’est de l’Ontario, dans un commentaire qui accompagne l’étude.Il y a un bon taux d’activités physiques chez les enfants, mais celui-ci se réduit ensuite malheureusement chez les adolescents.

Sa conclusion est sans appel

Les ados sont trop sédentaires. Et le problème ne se cantonne pas aux pays riches.

A titre d’exemple, en 2016, la prévalence de l’inactivité physique des jeunes était de 78,4% en Moldavie, 87,5% en Egypte, 93,4% aux Philippines, 84,7% au Pérou ou encore 87% en France.

 Manque de connaissances ou d’équipements, sécurité insuffisante des infrastructures, accroissement du temps passé devant des écrans: de nombreuses explications sont avancées par les experts pour expliquer cette épidémie de paresse.

.

VOEUX 2020

VOEUX 2020

Je vous souhaite une belle et heureuse année 2020.

Vous avez compris que je ne vous lâcherai pas sur le thème de la sédentarité.

Vous qui allez nous aider à organiser ces 6è Olympiades contre la SEDENTARITE, soyez audacieux, inventifs.

Je n’ai jamais été aussi AMBITIEUX.

Ce sera scientifique et humain,ce que j’ai toujours revendiqué.

Je vous détaillerai mes “folles”idées au fur et à mesure.

JE NOUS SOUHAITE UNE REUSSITE COLLECTIVE.

Bienvenue dans “l’AVENTURE SEDENTARITE 2020”

Dr MAXIME SODJI

P.s.QUE DE BONNES NOUVELLES ENCORE CE JOUR